PRESENTATION DU PROJET AEPHA (CAMEROUN, RDC, TCHAD)

PROJET AEPHA

Projet d’appui à l’amélioration des systèmes d’Approvisionnement en Eau Potable, Hygiène et Assainissement (AEPHA) des communes de Nkoteng au Cameroun, de Bunia en République Démocratique du Congo (RDC) et de Bedjondo au Tchad.

 Le projet AEPHA vise l’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations des communes de Nkoteng (Cameroun), Bunia (République Démocratique du Congo), Bedjondo (Tchad). Son but est de favoriser un accès durable à l’eau potable et à l’assainissement des populations urbaines et périurbaines de la ville de Nkoteng. Pour y parvenir, le projet AEPHA développe trois grands axes d’activités complémentaires

Contexte et justification du projet  En 2000, à travers les Objectifs du Millénaire pour le Développement, la Communauté Internationale s’était proposée entre autres de réduire d’ici 2015 la proportion de personnes sans accès durable à l’eau et à des conditions sanitaires de base. En effet, dans les pays africains du sud du Sahara en particulier, les problèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement se posent avec beaucoup d’acuité. Au Cameroun comme au Tchad et en RDC, la situation reste préoccupante. Les problèmes liés à l’approvisionnement en eau potable et à l’assainissement ont atteint des dimensions alarmantes dans les villes secondaires de ces pays du fait d’un accroissement démographique mal maîtrisé. C’est le cas particulier des communes de Nkoteng, de Bedjondo et de Bunia qui présentent des similitudes en matière d’aménagement urbain. Les conditions de vie se caractérisent par une insuffisance d’ouvrages adéquats de gestion du système d’AEPHA. Le présent projet vise à la mise en place d’un système adéquat d’AEPHA dans ces 3 communes, pour résoudre les problèmes suivants :Dans le domaine Assainissement :-          Le réseau de drainage des eaux pluviales est limité et souvent inadapté lorsqu’on en trouve ;-          L’inexistence de toilettes publiques dans les lieux de forte concentration de la population (marchés, gares routières, hôpitaux, place des fêtes …)

-          Les ouvrages de gestion des eaux usées en général sont inexistants d’où les marres d’eau stagnantes et les inondations persistantes et récurrentes ;

-          Les ordures ménagères sont mal gérées, avec une prolifération des dépotoirs sauvages dans les coins isolés, bas fonds et lits des cours d’eau, etc. ;

-          Les eaux usées ménagères sont déversées dans les rues et les cours d’habitation et les fosses à canon déversent directement dans les cours d’eau ;

-          40% de ménages ne vidangent jamais les fosses perdues et 60% des habitations situées en bordure des cours d’eau déversent les excréta sur les lits des rivières.

 

Dans le domaine Hygiène (éducation sanitaire et environnementale):

-          Les habitants ne sont pas sensibilisés et éduqués sur la pratique de l’hygiène environnementale ;

-          Les ménages et les écoles ne connaissent pas le lien entre l’eau, l’hygiène, l’assainissement et le VIH/SIDA.

 

Dans le domaine approvisionnement en Eau Potable (AEP) :

Près de 70 % de la population n`ont pas accès durable à l`eau potable : celle-ci consomme l`eau des puits traditionnels, marigots, fleuves et cours d`eau avec des conséquences très perceptibles sur leur santé. Les statistiques médicales révèlent des problèmes de santé liés à l’eau de boisson impropre à la consommation humaine (forte fréquence de diarrhées, dysenterie, helminthiases). Les maladies hydriques représentent plus de 60% cas de consultations.

 

Objectifs de l’action: Objectif global :Contribuer à la lutte contre la pauvreté en améliorant la qualité de vie des populations des zones (quartiers urbains et périurbains) défavorisées des localités de Nkoteng au Cameroun, Bedjondo au Tchad et Bunia en RDC.Objectifs spécifiques :-    Emmener les populations à une prise de conscience en matière de pratique de l’hygiène environnementale

-    renforcer les compétences/capacités des acteurs locaux et des bénéficiaires

-    doter les communes cibles d’un système adéquat d’assainissement

-    construire les ouvrages d’approvisionnement en eau potable en nombre suffisant

-    aménager les pistes piétonnes bétonnées pour désenclaver les quartiers à habitat spontané

-    éditer des documents pédagogiques d’éducation sanitaire et environnementale, et de gestion communautaire des ouvrages

Partenaire 1 Nom: Arc-En-Ciel, Nationalité: Cameroun, Type d’acteur (ANE ou AL): ANE
Partenaire 2 Nom : Mairie de Nkoteng, Nationalité :
Partenaire 3 Nom : Mairie de Bunia, Nationalité : RDC, Type : AL
Partenaire 4 Nom: AEPJM (Association pour l’Encadrement et la Promotion de la Jeunesse marginalisée), Nationalité: Tchad, Type d’acteur (ANE ou AL): ANE
Partenaire 5 Nom : Mairie de Bedjondo, Nationalité : Tchad, Type : AL
Partenaire 6 Nom: Institut Supérieur des Techniques Médicales /Centre Médicale Evangélique de Nyankunde, Nationalité: RD Congo, Type d’acteur (ANE ou AL): ANE
Groupe(s) cible(s): Les groupes cibles pour cette action sont les populations défavorisées (femmes, jeunes et enfants) des quartiers urbains et périurbains pauvres des localités de Nkoteng au Cameroun, de Bedjondo au Tchad et de Bunia en RDC
Bénéficiaires finaux: Les bénéficiaires finaux sont les populations de toutes ces 3 communes (chef lieu de la commune et les villages environnants) et à long terme les populations de ces 3 pays
Résultats escomptés:
  • § Les populations prennent conscience et se livrent de plus en plus à la pratique de l’hygiène environnementale ;
  • § les capacités des bénéficiaires et des acteurs locaux sont renforcées ;
  • § Un système d’assainissement adéquat est mis en place (puisards pour les eaux usées ménagères, latrines publiques, caniveaux d’eau pluviale en maçonnerie…) ;
  • § Les ouvrages d’Approvisionnement en Eau Potable sont réalisés en nombre suffisant ;
  • § Les quartiers inaccessibles sont dotés de pistes piétonnes bétonnées;
  • § Les documents pédagogiques sont édités à l’intention des bénéficiaires et autres parties prenantes au projet ;
  • § Les comités de quartiers sont créés pour impliquer et responsabiliser les bénéficiaires ;
  • § La structure du projet est fonctionnelle (comité de pilotage, coordination des partenaires et des autorités locales, cellule d’exécution…).
Principales activités: -    Animation et de communication publique et visibilité ;-    Sensibilisation, éducation sanitaire et environnementale, plaidoyer, structuration et d’organisation des bénéficiaires ;-    Formation/Renforcement des capacités des bénéficiaires et des acteurs locaux pour la gestion et la maintenance des infrastructures construites ;-    Réalisation des ouvrages ;-    Suivi et Evaluation
Financement du projet -        Coût total du projet : 1.800.066,47 Euros (1.180.766 201,47 Fcfa)-        Subvention de l’Union Européenne : 1.500.000 Euros (983.935.500 Fcfa), 83,33%-       Apport des bénéficiaires : 300.066,47 Euros (196.830.701,47 Fcfa), 16,67%
Durée totale de l’action: 36 mois

 

Le projet AEPHA est un exemple de coopération décentralisée Sud-Sud dynamique et de promotion de l’intégration sous régionale en Afrique Centrale

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>