PRESENTATION DU PROJET : OPERATION EAU POTABLE POUR LA COMMUNE DE MONATELE

Titre de l’action: Opération eau potable pour la commune de Monatélé
Contexte et justification du projet  La Commune de Monatélé est située au Nord de la province du Centre, à environ 90 km de Yaoundé, dans le Département de la Lékié dont elle est le chef lieu. Créée en 1964, elle couvre une superficie de 375,5 km2, avec une population estimée à 50.000 habitants et compte 73 villages. Située dans une zone forestière, son climat est de type subéquatorial avec deux saisons sèches et deux saisons de pluies. Les températures oscillent entre 22°C et 28°C. En juillet 2006, avec l’appui technique du Programme National de Développement Participatif (PNDP), la commune de Monatélé s’est dotée d’un Plan Communal de Développement (PCD). Ce document de planification du développement local est l’expression concertée de la vision à moyen terme des populations et des élus de Monatélé en matière du développement intégral de cette commune. C’est un cadre de référence pour toutes les actions. L’accès à l’eau potable y a été identifié comme l’un des axes prioritaires. En vue de l’amélioration des conditions de vie des populations rurales et de lutte contre la pauvreté, la mairie de Monatélé envisage doter progressivement les villages défavorisés en puits modernes pour l’approvisionnement des populations en eau potable. Pour atteindre cet objectif, compte tenu de leurs ressources limitées, le maire et les populations de Monatélé ont décidé de faire appel à des appuis extérieurs. C’est à cet effet qu’Arc-En-Ciel, partenaire technique de cette mairie en matière de la coopération décentralisée et du développement local a été sollicitée pour participer à la mise en œuvre du PCD. Le présent projet s’inscrit en droite ligne des priorités du programme du Gouvernement Camerounais et du PCD de Monatélé en matière de lutte contre la pauvreté. Lors des récentes consultations participatives dans le cadre de l’élaboration du Document de Stratégies de Réduction de la Pauvreté (DSRP), la population camerounaise a exprimé fortement le besoin d’accès à l’eau potable saine. En effet, ainsi que le DSRP du Cameroun le souligne « les problèmes d’hydraulique villageoise et d’accès à l’eau potable sont apparus comme de sérieux handicaps pour les populations. Le monde rural demeure confronté à un réel problème de l’eau, à la fois en disponibilité et en qualité…. L’accès à l’eau potable est estimé à 31,3% pour les zones rurales en 2001, soit environ 50% pour l’ensemble du Cameroun ». Cette préoccupation rejoint le point N°7 des Objectifs du Millénaire pour le Développement. En effet, une part importante des populations villageoises pauvres de la commune de Monatélé ne bénéficie pas de l’eau potable faute de réseau de distribution. Pour faire face à leurs besoins vitaux en eau, la majorité de la population se ravitaille dans des points d’eau dits traditionnels (ruisseaux, marigots, marais et fleuve) dont les eaux sont impropres à la consommation humaine directe, sans traitement. Ces points d’eau non aménagés sont particulièrement inondés en saison des pluies et asséchés en saison sèche. Ils présentent rarement le confort et la qualité nécessaires. Ils sont souvent situés sur des sites d’accès difficiles (pente forte et accidentée aux pieds des collines) et éloignés des villages. On déplore souvent des cas d’accidents chez les femmes et les personnes âgées telles les chutes, morsures de serpents, etc. D’autres encore utilisent les puits construits artisanalement, faute de moyens, de faible profondeur avec des aménagements très sommaires. L’eau y est tirée au moyen d’une corde avec ou sans poulie. Ces points d’eaux représentent un danger certain sur le plan de la santé et provoquent fréquemment des maladies hydriques telles que la fièvre typhoïde, la dysenterie amibienne, la gale, la diarrhée, les parasitoses intestinales, etc. Pour sortir de cette précarité, plusieurs tentatives d’aménagement des points d’eau sont entreprises par les populations elles-mêmes, mais celles-ci rencontrent des blocages aux niveaux technique et financier. Depuis 2006, la municipalité de Monatélé a déjà pu réaliser 33 puits. De son côté, de 2004 à 2007, Arc-En-Ciel a réalisé 23 puits modernes dans les communes de Mengueme, de Nkolafamba, d’Abong-Mbang et d’Esse financés respectivement par Manos Unidas (8), Coopération Française (8), Francophonie (5) et CACMS de Pantin (2). Ce projet s’inscrit dans la continuité de ces actions. La réalisation du présent projet s’avère donc vital, car, il vise la fourniture régulière de l’eau potable et de bonne qualité accessible à tout moment de l’année aux populations villageoises. Le présent projet consiste à construire quinze (15) puits équipés de pompe manuelle en vue de permettre à plus de 8 000 ruraux de la commune de Monatélé d’avoir accès à l’eau potable de meilleure qualité.
Durée totale de l’action 18 mois
Objectifs de l’action Objectif global Contribuer à la lutte contre la pauvreté en améliorant les modes d’approvisionnement en eau potable des populations rurales démunies de la Commune de Monatélé.Objectifs spécifiques

  • Construire 16 puits communautaires, équipés de pompes manuelles ;
  • Créer un comité villageois de gestion de point d’eau dans chaque village bénéficiaire ;
  • Renforcer les capacités d’au moins 80% des membres des bureaux des comités de gestion ;
  • Organiser au moins 4 séances de sensibilisation et d’éducation sanitaire des usagers ;
  • Réaliser des études socioéconomiques complémentaires.
Partenaire(s) Mairie de Monatélé
Groupe(s) cible(s) Habitants pauvres des 16 villages défavorisés concernés soit 8.500 personnes
Bénéficiaires finaux Populations de la commune de Monatélé
Résultats escomptés -    16 puits communautaires équipés de pompes manuelles ;-    16 comités villageois de gestion de point d’eau créés ;-    Au moins 130 membres des bureaux des 16 comités villageois de gestion de point d’eau formés ;-    Au niveau de la commune, au moins 10 artisans réparateurs des pompes formés ;-    Au moins 80% des usagers des puits sensibilisés et éduqués à l’hygiène de l’eau ;

-    Un Système d’Information Géographique mis en place.

Principales activités
  1. Sensibilisation, structuration et organisation des bénéficiaires ;
  2. Renforcement des capacités des acteurs locaux pour la gestion et la maintenance des infrastructures construites ;
  3. Réalisation des études socioéconomiques complémentaires ;
  4. Construction des infrastructures pour l’accès à l’eau potable.
Financement du projet Coût total : 116 949 056 Fcfa (178 287,69 Euros) Apport de la mairie de Monatélé : 10 428 725 FcfaApport de l’ONG Arc-En-Ciel : 4 922 987 FcfaSubvention de l’Union Européenne : 101 597 344 Fcfa

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>